Vigie

Le bateau dans son contexte historique :
Ce bateau fait partie de la collection d’ AMERAMI depuis le 13 novembre 1985. Il lui est remis par Monsieur le Prefet Philippe Massoni, alors directeur des services techniques de la Préfecture de Police de Paris, estimant qu’il devait être préservé en raison de son originalité et de sa place dans la petite histoire de la Ville.
Construite pour les Services techniques de la Préfecture de Police de la Seine, mise à l’eau en mars 1904, la VIGIE est voulue par le célèbre préfet Lépine afin d’intervenir contre des « ravageurs », bandits d’eau douce, à la fois braconniers, pilleurs de bateaux et contrebandiers qui sévissaient la nuit sur la Seine.
De 1904 à 1985 elle permet un très grand nombre de sauvetages: ainsi que des recherches et des récupérations de noyés et d’objets les plus divers. La VIGIE et la MOUETTE, son sistership, ont une très grande activité lors des inondations de 1910. Elle est l’un des deux premiers canots automobiles dont dispose la Brigade fluviale de Paris.
En un peu plus de 80 ans de service, la vedette accomplit les missions les plus diverses dans des conditions souvent difficiles, parfois cocasses, inséparables de l’histoire de Paris. Les banquettes qui servent en même temps de coffres, sont disposées de chaque côté sur toute la longueur du canot; il n’y a pas de cabine, ce qui était avantageux lorsque les nécessités mettaient aux prises agents et malfaiteurs . Elle est, à l’époque, simplement recouverte d’une tôle destinée à mettre le personnel à l’abri des lapidations dont il est fréquemment l’objet pendant la nuit.
Cette embarcation était équipée d’un moteur à explosion, plus moderne et beaucoup moins encombrant que la machine à vapeur qui se trouvait sur la Mouette , canot similaire, effectuant le même travail. Longue de 8,70 m pour une largeur de 1,80 m, d’un tirant d’eau à vide de 0,60 m, avec une charge autorisée de 2 tonnes, l’embarcation n’est pas pontée. Ce moteur Filtz, à deux cylindres développait 16 chevaux. La vitesse est un peu supérieure à celle de la Mouette, motorisée comme nous l’avons dit.

La restauration :
Construite en tôles rivetées, elle est équipée à l’ origine d’ un moteur à pétrole de 16 cv. Cette machine n’existe plus, elle est remplacée par un autre moteur qui lui même a fait son temps. Notre conseil d’administration a décidé de remonter sur cette coque une machine à vapeur, miraculeusement conservée, dont l’histoire est à relire dans Amerami Info n° 2 ou dans la page qui lui est consacrée sur ce site.

L’activité :
La Vigie est stationnée à la Brigade fluviale de la Police parisienne. Son équipe d’exploitants effectue de très nombreuses sortie sur la Seine à Paris, et sur les canaux qui desservent notre Capitale. Ils sont donc à votre disposions pour vous faire découvrir ces paysages superbes et parfois surprenants depuis cet esquif remarquable mû par son authentique machine à vapeur conçue il y a plus de 100 ans. Ses exploitants souhaitent compléter leur effectif et accepterait toute candidature sérieuse. La Vigie attend votre visite et vous ne regretterez pas cette expérience ! On peut aussi consulter le site :http://marc-andre-dubout.org/vigie/index.htm
L’exploitant :
Ce sont Marc-André Dubout, Jean Blanchard et Dominique Martel qui ensemble se chargent de ce bateau. Pour voir ce bateau et être embarqué veuillez adresser un mail en ce sens à secretariat@amerami.org; si vous êtes membres d’AMERAMI, vous devez utiliser le mot de passe figurant sur votre reçu fiscal.


La machine à vapeur de La Vigie

La machine dans son contexte historique :

La VIGIE est un exemplaire unique de vedette à coque métallique rivetée et à moteur à combustion interne du début du XXe siècle. Elle est restée en service jusqu’en 1955. Elle fait l’objet d’une fiche particulière sur ce site. Mais sa machine mérite qu’on en parle.

Nous extrayons ce qui va suivre de l’œuvre de Jean le Bot : « Les bateaux des cotes de la Bretagne nord aux derniers jours de la voile ». Cette machine a été tout d’ abord celle d’un petit yacht à vapeur conçu pour le comte de la Bédoyere qui le mit en vente en 1902. Racheté par François Lemarchand, constructeur au Minihic sur Rance, il en devint l’embarcation de service. Cette embarcation servait à l’approvisionnement en bois du chantier, et comme remorqueur de lots de doris, jusqu’à cinquante à la fois, pour les bateaux allant à la Grande Pêche.
Un jour le bateau fut abordé, coula et sa machine donnée par Mr Lemarchand à l’Ecole d’Apprentissage Maritime de Saint Malo, puis transmise ensuite à l’Ecole de la Marine Marchande de la même ville ».
C’est cette machine qui a été ensuite mise à notre disposition par l’Ecole de Marine Marchande de Saint Malo. Une chaudière a été ensuite fabriquée. La VIGIE navigue maintenant avec cet ensemble.

Description :

« Il s’agit : d’ un bicylindre compound dont le bloc est revêtu de lames de teck et cerclé de laiton, monté sur quatre colonnes en acier poli. Les fonds de cylindre sont en bronze ainsi que les quatre robinets purgeurs et le graisseur surmontant le cylindre H.P.

L’exploitant :
Ce sont les membres de l’équipe de la Vigie

Les commentaires sont clos.