Jacques Chauveau

Le bateau dans son contexte historique :

Naviguant à la voile ou aux avirons, légère et manœuvrante, la baleinière sert traditionnellement aux liaisons en rade des navires, à l’époque où ils sont plus souvent au mouillage qu’à quai.
Gervaise les a abondamment illustrées dans les épisodes cocasses de la Marine du XIXe siècle. Les baleinières destinées au transport des amiraux disposent de ferrures en cuivre-laiton ou cuivre rouge et les bancs de la chambre, les dosserets, et le banc le plus arrière étaient en tek ou en acajou du Honduras. Grâce à leurs qualités nautiques elles sont utilisées également pour le sauvetage en mer.
Depuis une cinquantaine d’années, avec la généralisation du moteur, elles servent à la formation des marins ou aux loisirs. La poupe effilée des baleinières est issue des anciennes « pirogues de chasse ». Les plans, établis en 1902, n’ont plus changé ensuite.

Quatre classes de baleinières sont conçues et se distinguent par leur longueur : 6 m, 7 m, 8 m et 8,50m. Le safran et la barre peuvent être remplacés par un aviron de queue – utile pour les arrivées sur une plage avec du ressac – ou par une barre à tire-veille. Il existe une tente de nage placée à 1,25 m au-dessus des bancs de nage. Les baleinières sont équipées du système « Level » qui permet, grâce à 2 crocs à échappement reliés à une tringlerie et un levier de manœuvre, un largage rapide et simultané sur l’avant et l’arrière de l’élingue de suspension. Leur mise à l’eau est ainsi facile et rapide.

La restauration :

Une baleinière de 7 m récupérée par le Jacques Chauveau attend, remisée dans le pavillon Savare de Caen. En 2008, inspiré par l’exemple du canot de 10,50m Prince Eric, un groupe de jeunes gens de Courseulles-sur-Mer et environs sollicite Amerami pour l’exploiter. Durant le long hiver 2008/2009, ce petit groupe, soutenu par nos bénévoles de Caen, solidement épaulé par les stagiaires du Centre de Navigation Caen Normandie, et guidé par un charpentier expérimenté, travaillent d’arrache-pied et dans des conditions souvent difficiles pour rendre navigable celle qui va recevoir le nom de Président Chauveau.
A la lumière de l’expérience de quelques temps de navigation, la baleinière reçoit un peu plus tard une légère modification, afin de pouvoir être déplacée à la godille. Ce mode de propulsion est plus facile dans un port étroit.

Enfin, le bateau a été l’objet d’une nouvelle restauration au chantier du Poudreux à Honfleur en 2014/2015 concernant principalement sa quille.

L’exploitant :

Jusqu’à ces derniers temps, l’équipage du Jacques  Chauveau, dont les âges des membres sont compris entre 16 et 23 ans, évolue chaque année avec de nouveaux passionnés qui prennent part au projet. Il en est d’autres que l’assiduité et la rigueur dans les études amènent à ne naviguer que très rarement, après plusieurs mois voire plusieurs années d’engagement à bord. Ainsi, les noms qui suivent sont ceux des mousses qui naviguèrent, ou naviguent encore très fréquemment. Benjamin POREE, Benoit et Augustin THOCQUENNE, Louis-Marie VANNIER, Baudouin et Benoit DE FLORIS, Louis-Marie NOEL, Charles et Pierre RANGHEARD, Vianney, François et Etienne BAUCHET, Geoffroy HASTINGS, Joseph CLERVAL, Jean-Baptiste BELLERY, Paul LEROY, Guillaume et Thibault LECOQ.

L’activité :

Benoît, l’un des patrons, a reçu préalablement de l’antenne de Toulon, une formation très professionnelle. Au printemps 2009, suite à l’officielle mise à l’eau du 9 mai, les premiers entrainements se font sagement sur le bassin Saint Pierre et le Canal de Caen, plans d’eau calme, où les mélanges d’avirons ne prêtent pas à conséquences bien graves. Quand tout est prêt, la baleinière descend fièrement à la voile et à l’aviron le Canal de Caen à la mer, afin de participer aux Fêtes de Ouistreham. Il lui reste ensuite à rejoindre son port d’attache de Courseulles. La distance à couvrir et la sécurité rendent indispensable qu’elle soit accompagnée d’un remorqueur. Deux bateaux du Centre de Caen en font office et effectuent le voyage de conserve. Ainsi, au début de l’été 2009, le Président Chauveau rentre à l’aviron dans le port de Courseulles, sous grand pavois et flamme Amerami : magnifique retour d’un de ces vieux bateaux dans ce port, qui marque le commencement de plusieurs années de navigations qui enthousiasmeront à la fois l’équipage régulier et les nombreux marins de circonstance !
C’est le 15 Août de la même année, après la messe solennelle de l’Assomption célébrée sur la digue et à l’occasion de la fête de la mer, que la Baleinière apparait publiquement devant les multiples courseullais et touristes présents pour l’occasion. Convié par un bateau de pêche à se mettre à couple pour trinquer à ce bel évènement, notre jeune équipage fait trois sorties pour promener d’abord les enfants, puis les épouses et enfin les pêcheurs heureux de « tirer sur le bois mort » comme leurs anciens…
Depuis, le Jacques Chauveau effectue de très fréquentes sorties et fait découvrir à de nombreuses personnes la mer, la voile et l’aviron. Son équipage fait preuve d’une très grande maîtrise, reconnue par ses pairs. Enthousiaste et soudé, il fonctionne à merveille, dans la joie et la bonne humeur. Il donne décidément une belle image d’Amerami. Actuellement, la baleinière est disponible pour de nouvelles aventures!

N’hésitez pas à nous écrire sur lesptitsmousses@live.fr !
Pour voir ce bateau et être embarqué veuillez adresser un mail en ce sens à secretariat@amerami.org;
si vous êtes membres d’AMERAMI, vous devez utiliser le mot de passe figurant sur votre reçu fiscal.

Les commentaires sont clos.