Oya

Le bateau dans son contexte historique:

Le Snipe (la bécassine), dériveur léger à 2 équipiers est l’un des premiers représentants du «yachting du pauvre », né dans les années 1930, époque de crise économique occidentale. Il est dessiné en 1931 par William F. Crosby, architecte naval, et rédacteur en chef de la revue The Rudder (le gouvernail), à la demande la Florida West Coast Racing Association, qui désire un voilier de course pouvant être remorqué par une automobile, de plan d’eau en plan d’eau, de moins de 100 pieds carrés de voilure, et long de 16 pieds au plus.

Le projet connut un grand succès, puisque sa construction intéresse aussi bien des amateurs que des chantiers professionnels. Ce succès provient en très grande partie de la promotion faite par The Rudder qui consacre durant des décennies plusieurs pages entières à la série dans chacun de ses numéros. Un autre facteur de succès émane de l’organisation de la classe voulue par Crosby.

L’idée de réaliser une coque à bouchains vifs, ne nécessitant pas de moule, de gabarit, ni de quille en plomb de mise en œuvre complexe, participe aussi à son succès.

Les lignes qui suivent sont extraites du bel ouvrage de Jean Peytel, « Yatching ». « Le Snipe est un excellent petit dériveur d’ origine américaine. Il a connu un succès sans précédent et, sur le plan international, il est parmis les monotypes à dérive, ce que le Star est parmi les monotypes à quille. Organisé par la Snipe Class International Racing Association, il compte actuellement (en 1950) plus de 12000 unités. Chaque année un Championnat du Monde réunit les meilleurs coureurs de la série et les Américains sont encore les plus forts. En France, les Snipes n’ ont pas connu le succès qu’ils ont rencontré dans d’autres pays comme l’Espagne, le Portugal ou la Suisse. Ils sont cantonnés en Bretagne et il n’ y en a guère plus de soixante unités dans notre pays. La raison est sans doute que les Snipes se sont heurtés en France à la puissante série des Canetons de taille à peu près équivalente, quoique un peu plus voilés et qui donne des bateaux plus rapides, bien que moins marins. Le Snipe, qui a l’avantage d’être un bateau international, continuera sans doute à se développer doucement en France. La Société des Régates du Havre a reconstitué un partie de sa flotte légère, après la Libération, avec des Snipes. »

La série des Snipes est toujours très active, reconnue comme série internationale par l’International Sailing Federation (ISAF) et est gérée par dix-huit associations nationales.

OYA a été propriété de M. Pierre Méranda qui l’a fait construire en 1961 par le chantier Teurlay, à Bordeaux. Décédé en 2010, sa veuve en fait don à AMERAMI en 2011. Durant toute cette période, OYA (Ile d’Yeu en patoi local) est resté basé à l’Ile d’Yeu.

La restauration :

Le bateau, en bon état, n’a pas fait l’objet d’ une restauration.

L’exploitant :

Yannick le Corre . Pour voir ce bateau et être embarquer veuillez adresser un mail en ce sens à secretariat@amerami.org; si vous êtes membres d’AMERAMI, vous devez utiliser le mot de passe figurant sur votre reçu fiscal.

L’activité :

Oya navigue principalement en eau douce sur l’Erdre et la Loire. Il attend votre visite.

 

Les commentaires sont clos.