Cormoran

 

Le bateau dans son contexte historique :

Le 28 août 1932, la grande navigatrice Virginie Hériot meurt à bord de son voilier Ailée II après s’être gravement blessée en régate quelques semaines auparavant. Elle avait 42 ans. En 1928 elle avait remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques à la barre d’Aile VI, avant de rafler tous les premiers prix lors des courses auxquelles elle participe dans les années suivantes.

De son vivant elle donne plusieurs de ses bateaux à l’Ecole NavalePetite aile II,Petite aile IIIetPetite aile V car il faut « développer notre yachting, défendre notre construction, porter haut l’honneur du pavillon de France » comme elle le dédicace sur son livreGoélette Ailée,en 1928.

Sans s’en tenir là, et toujours soucieuse de la formation des officiers de marine, elle lègue à sa mort sa goéletteAilée II à l’École navale.

Rien ne va pourtant se passer. Le bateau reste au mouillage pendant près de dix ans, et cet avenir sans gloire connaît l’humiliation de l’occupation, avec l’usage de son carré comme mess des officiers allemands, et son sabordage en guise d’adieu en 1944. L’époque n’était pas aux sentiments, le bateau est condamné à la libération, seuls les métaux de la quille sont récupérés et vendus.

On se souvient alors de Virginie Hériot. La vente sert à créer la fondation Virginie Hériot qui va financer la construction de 11 Bénodet destinés à l’Ecole Navale. Le souvenir de ces bateaux peut ainsi relever de ces deux raisons historiques objectives. Celle de la formation maritime des élèves officiers de l’Ecole Navale sur l’idéale rade de Brest, pendant la quarantaine d’années qui suivit l’après-guerre, celle de la provenance de la série, issue du legs de Virginie Herriot et, selon sa volonté, dévolu à cette fonction. Mais alors que le regard de quarante promotions d’officiers s’illumine à l’évocation de ces bateaux mythiques, ces deux éléments patrimoniaux semblent pourtant sur le point de s’effacer des mémoires… « Lorsqu’on achète un bateau, il faut se donner la peine de le connaître, le comprendre et vous-même modifier vos habitudes pour être dignes de bien le commander ».Ce conseil d’une grande navigatrice, pionnière,véritable « ambassadrice de la Marine française » selon Georges Leygues alors ministre de la Marine, ne mérite-t-il pas d’être gardé dans le patrimoine des navigateurs ?

« Faire aimer la mer au Français en m’employant dans le sport à raviver dans les jeunes cœurs l’amour de l’océan qui se mourait et dans ma propagande maritime faire flotter et aimer notre cher pavillon de France »

Depuis le printemps 2017 Cormoran est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques

 

2.- Caractéristiques

Les Bénodet (5,50 m) sont des bateaux en construction classique : bordés jointifs en acajou sur membrures ployéesenacacia, le tout riveté cuivre. Leur forme en V profond, avec un maître-bau très plein et un creux important, est très élégante. Gréés en sloop, ils se caractérisent par un mât d’une hauteur qui peut apparaitre immense, mais qui est nécessitée par leur déplacement très fort.

Formant une série de monotypes construits en 1949, leur nom vient de leur lieu de construction à Bénodet, par le chantier Craff. Six sont construits comme « habitables » avec un roof, et les six autres le sont en canots ouverts. Ils seront ensuite uniformisés.
3.- Le BénodetCormoran

 

Il est un des trois survivants de la série : l’un, le Rubis, a été acquis par Eric Tabarly en 1992 et est conservé par Jacqueline Tabarly en parfait état, l’autre, Forban, appartient au musée de la Marine et va être restauré à Brest par Amerami.Le troisième Cormoranest acquis par Amerami en novembre 1992. Son propriétaire est alors le  Club sportif des Écoles du Poulmic, héritier administratif de l’Ecole Navale.

Il a été mis en dépôt au pavillon Savare à Caen puis Amerami a décidé de le faire restaurer par le CNCN. Les travaux se sont exagérément étalés dans le temps aussi ont-ils été récemment arrêtés, et le bateau transféré au chantier Le Poudreux à Honfleur, en attente d’une décision quant à son classement comme monument historique pour en finir la remise en état.

La restauration : En cours

L’exploitant :Dominique MARTEL

L’activité :en restauration

 

Les commentaires sont clos.