Amerami Info n°65

Chers amis,

Cette lettre a pour but de vous faire connaître la vie d’AMERAMI, et de vous informer régulièrement sur nos activités, nos réalisations, et nos projets.

Association fondée en 1975, reconnue d’utilité publique (décret du 25 juin 1981), implantée sur tout le territoire, AMERAMI a pour but la sauvegarde du patrimoine maritime et fluvial français par la recherche, la préservation et la restauration de bateaux anciens de tous genres qui constituent notre mémoire, en les faisant vivre et en les rendant accessibles à tous ceux qui le désirent.

Tous les domaines d’activités maritimes sont concernés: pêche, plaisance, transport, défense, surveillance, sauvetage.

 

Un canot de 10,50 m autrefois…

Éditorial du président

Chèr(e)s ami(e)s,

La mer, ça se vit et cette année peut être plus que les autres. Mais cela se mérite tant l’entretien d’un bateau surtout lorsqu’il est en bois demande du temps, de la patience et un savoir faire que seule la passion pour la mer et pour les beaux bateaux peut expliquer.

Un très grand merci à nos exploitants et leurs amis qui font vivre notre « collection vivante » et témoignent d’un savoir-faire historique.

Nos projets de restauration et en particulier celui de DEHEL avancent au rythme de nos capacités financières, c’est-à-dire lentement, trop lentement car un chantier qui traîne est souvent sans fin. Difficile d’aller plus vite tant que nous n’arriverons pas à mieux rassembler autour de ces projets patrimoniaux. Ils n’ont de sens que s’il y a une finalité bien identifiée : un bateau est fait pour naviguer.

Et lorsque ces projets sont portés par la saine ambition de pouvoir offrir une ouverture vers la mer pour celles et ceux qui ne pourraient où hésiteraient à le faire seul. Et la mer reste la plus belle école de la vie… quoi de plus mobilisateur!

Bienvenue à tous nos nouveaux adhérents et une fidèle pensée à toutes celles et ceux qui accompagnent AMERAMI dans ses destinées.

En espérant que vous allez tous bien

Avec toute mon amitié.

Vice amiral d’escadre (2S) Jean François Baud

Président d’AMERAMI

Vice amiral d’escadre (2S) Jean François Baud

 

Préambule

Chers amis lecteurs de cette lettre d’information, vous allez le constater à nouveau, Amerami Info vous permet plusieurs fois par an de suivre l’activité de notre association et d’avoir connaissance de ses projets.

Nous avons besoin de fédérer toujours davantage de volontés associatives et de disposer de plus de moyens pour approfondir et amplifier notre action en faveur du patrimoine maritime et fluvial et permettre une ouverture vers la mer pour celles et ceux qui partagent nos engagements. N’hésitez pas à rejoindre l’ensemble de nos adhérents, car votre adhésion manifestera votre attachement au but que nous poursuivons. Vous trouverez sur le site https://amerami.org/ le moyen d’adhérer en ligne.

La vie de l’association

Amerami se décline selon différents critères

  • D’abord les adhérents
    Faire naviguer les bateaux qui le peuvent : 45 sur 85
  • Acquérir par don les bateaux du patrimoine en bon état

Dans tous les cas témoigner de son époque

  • Développer les pôles territoriaux
  • Labelliser BIP et classer MH
  • Multiplier les partenariats

 

Quelques points particuliers :

Visitez Le NAUTIC 2021

Porte de Versailles à Paris du 4 au 12 décembre 2021

 AMERAMI sera  Hall 1, stand F 23

Vous y êtes attendu chaque jour de 10h à 19h, et en nocturne

le vendredi 10 décembre 2021 jusqu’à 23h.

www.amerami.org – contact@amerami.org

Le Loup Rouge, sous voiles, un croiseur historique

 

Amerami–Les 91 ans de Taïra

Cet été le aout 2021, tous les membres  d’Amerami et de Taira sont conviés à fêter ce bateau à l’occasion de son 91e anniversaire. Cet été car l’an dernier la situation n’a pas permis de réaliser cette sympathique réunion. Une quarantaine de personnes réunies sous un beau soleil, ont écouté François Pouchet exposer rapidement l’histoire du bateau et l’action de l’équipage pour ses navigations et son entretien.

Amerami- l’activité de Le Loup Rouge

Le Loup Rouge a participé et validé la Rolex Fastnet Race 2021

Le bateau s’est formidablement comporté et n’a subi aucun dommage, malgré des conditions « très sportives » et de nombreux abandons

(Nous l’avions tout de même préparé à cet événement, les banquettes ont été mis en position couchette antiroulis, la bôme en aluminium a remplacé celle en bois et quantité de détails pour préserver et optimiser la sécurité des hommes et du matériel)

Parti en équipage réduit pour plus de 700 milles, nous avons longé es côtes anglaises du sud, une petite escale à Penzance (face au St Michael mount),  contourné les Isles Scilly et traversé la mer d’Irlande,   viré le Fastnet rock de nuit, dans la pétole et avec le courant,

Ensuite un grand bord de portant, nous a ramené et permis de passer la ligne d’arrivée à Cherbourg. après 7 jours de mer, nous avons fermé la course

Le Maïca fut conçu à l’origine pour participer aux courses du RORC, dont la Channel Race et la Fastnet race auquel Le Loup Rouge a participé cette saison.

Le nom d’origine est Océan Racer 37, Maïca étant le nom commercial.

C’est un bateau qui devient facile, dès qu’il est bien réglé même avec 4m de creux et 35 nd, mais afin de garder son authenticité et ayant choisi de garder la configuration de gréement d’origine, cela complique les changements de voiles et les prises de ris, n’ayant aucun retour cockpit.

C’est une fantastique aventure, qui avec votre aide, nous ont permis d’aller jusqu’au bout

Merci, merci à tous ceux qui nous ont aidés à concrétiser ce projet

Par la suite les journées du patrimoines ce sont bien passé à Cherbourg

Le Loup Rouge à eu la visite de 41 adultes et 9 enfants samedi, pour le dimanche ce fut 17 adultes et 3 enfants malgré le crachin du matin

 

 

 

Amerami- l’activité de Vedette du Chayla

 

 La croisière Du Chayla

Septembre 2021

Canaux Bretons

Ou le récit d’ un déplacement remarquable. Qu’on en juge :

  • La Trinité Arzal : 32 nautiques, direct le long de la côte, l’estuaire de la Vilaine et la Vilaine jusqu’au barrage d’Arzal
  • Arzal – Redon sur la Vilaine : 30 Km
  • Redon La Gacilly : 19 Km
  • La Gacilly – Malestroit : 36 Km
  • Malestroit – Josselin : 27 Km

Et 17 écluses

Plus le retour….

Un peu lassés de nous contenter de petites sorties dans la baie ou la rivière de Crac’h, frustrés de n’avoir pu participer à la Semaine du Golfe pour cause d’annulation, nous décidons d’offrir à notre belle vedette une aventure sur les canaux bretons.

Départ de la Trinité

Le début du mois de septembre est choisi, après le départ de nos chers « chicoufs » et pour profiter de la belle arrière-saison.

Notre première démarche fut d’aller faire une reconnaissance en voiture pour repérer les hôtels aux étapes prévues, ce qui fut fait dès juin.

Après concertation pour coordonner nos agendas chargés de retraités, nous fixons la date de départ au 6 septembre.

La première opération consiste à emmener le bateau de La Trinité à Arzal, ce qui sera fait dans d’excellentes conditions le 3 septembre.

Départ de La Trinité

Le 6 septembre, l’équipage vient prendre son poste à Arzal et une fois le plein fait nous partons sur La Vilaine, direction Redon. Un arrêt au Foleux pour déjeuner à bord et après avoir suivi les méandres de La Vilaine, nous accostons à Redon où nous passons la nuit.

Le lendemain, une première écluse nous introduit dans le canal de Nantes à Brest.

Nous naviguons tranquillement jusqu’à un embranchement qui va nous conduire à La Gacilly sur la rivière l’Aff très étroite.

L’Aff

Nous arrivons vers midi et après un bon déjeuner, nous faisons la visite de la grande exposition de photos dans le village. Nous dormons le soir dans des roulottes (confortables).

Après nous être réconfortés chez Yves Rocher…

Le lendemain, nous retournons dans le canal qui va nous conduire jusqu’à Malestroit après un arrêt à Saint Martin sur Oust.

Nuit à Malestroit

Ensuite nous repartons vers notre destination finale : Josselin avec un arrêt pique-nique en route.

Nous arrivons enfin à Josselin :

Nous y restons une journée entière pour visiter la ville et le château ainsi que le musée des poupées. Bernard est enfin venu nous rejoindre et il nous apporte les chemises et les casquettes siglées Du Chayla.

Le surlendemain nous quittons Josselin dans la brume matinale pour retourner vers Malestroit,

 

Nous avons beaucoup de succès avec nos chemises siglées et avons enfin des contacts avec les riverains :

Après Malestroit, nous filons directement à Redon où nous quittons le canal pour retrouver La Vilaine. Ensuite, un agréable arrêt à La Roche Bernard.

Le lendemain 14 septembre, après un arrêt à la pompe, nous passons l’écluse d’Arzal pour retourner directement à La Trinité où nous arriverons à 15h40, fin de manœuvre.

Nous avons bénéficié d’un temps agréable et jute un peu de pluie une demi-journée, nous en gardons un excellent souvenir et nous espérons l’année prochaine retourner sur les canaux direction Na   ntes après avoir participé à l’Ascension aux Journées de La Vilaine où nous comptons retrouver Sheena (et peut-être d’autres bateaux d’Amerami).

Saint Gildas

Il avance bien, le dé-calfatage est terminé et le ponçage pratiquement fini.
j’attends toujours l’intervention du charpentier que je relance régulièrement….

Quelques photos du bateau…

Il est vraiment magnifique débarrassé de ses peintures…

L’équipe poursuit le travail…

Amitiés.

Laurent

 

Vedette Foch, Ida, la baleinière Amerami

L’activité de Patrice Lurienne et de ses amis a été intense. Tout est prétexte à des sorties superbes sur Vedette Foch, Ida, et la baleinière Amerami qui rencontre toujours un franc succès. qui font honneur à nos amis. Les photos qui suivent en témoignent.

Tout ceci est possible grâce à une équipe soudée sur l’eau et à terre.

Il y eu principalement les sorties du 24 et 25 juillet, 12 aout, 19 aout, 23 septembre, celle du 26 septembre, et enfin du 14 octobre

Des photos de tous ces mouvements ont été largement diffusées sur FaceBook Amerami, où vous pouvez les retrouver.

Il faut ajouter à cela l’entretien annuel de tous ces bateaux. C’est le secret de cette réussite.

 

D’ailleurs les compétences de l’équipe ont trouvé un nouvel emploi : la restauration du moteur de Rose Hélène, notre tarquier de Saint Tropez. Un devis a été établi.

 

 

Travaux sur Dehel

Le bateau a été gruté par l’entreprise Christophe Levage le  dernier.

L’équipe de Caen a entrepris la construction d’un abri qui permettra à tous les intervenants de travailler dans les meilleures conditions. Pour l’instant on en est à la réflexion sur l’organisation de cette importante restauration.

 

Rénovation d’EOS II

Le dernier semestre de l’année 2021, a porté sur deux niveaux de travaux :

-La partie mécanique :

Révision complète du moteur , remplacement des silentblocs , et mise en place d’un nouvel échangeur eau/huile. Cette opération a été réalisée par l’entreprise DEMOLIN,

réputée pour sa capacité à travailler sur des moteurs conventionnels.

  • La partie charpente , confiée depuis deux ans à la charpentière Anne Blanes , s’est poursuivie et a permis de terminer le pont ainsi que les hiloires. Le barrotage du roof a aussi été terminé permettant pour la fin de l’année de refermer et terminer l’ensemble de la structure.
  • L’année 2022 permettra de mettre le bateau à terre pour vérifier la coque et changer la préceinte , et nous l’espérons la mise en navigabilité d’EOS

 

Amerami-Amiral Charner

Cette baleinière à moteur se trouve au chantier Tangy à Douarnenez. La coque a été restaurée. Reste à la re-motoriser, ce qui ne devrait pas trainer. Vous trouverez ci joint quelques photos éloquentes.

Ces embarcations faisaient partie de la drone des navires de la Marine pour assurer la desserte de ceux ci. Quelques unes ont été conservées, la nôtre confiée à un exploitant aura un usage plus ludique.

 

Vigie le retour à la navigation et l’accueil de SEQUANA,

Jeudi 19 octobre 2021, nous allons descendre Vigie de la darse du Rouvray (La Villette) à SEQUANA (Chatou), une navigation plusieurs fois accomplie sauf que cette fois-ci, c’est suite à l’interruption d’activité due au covid, interruption de plus de deux ans. Vigie n’a pas navigué depuis le 1er juillet 2019.

Je suis allé la voir régulièrement quand les déplacements étaient autorisés pour l’entretien courant, graissage de la machine visite des fonds, mais un bateau qui ne navigue pas se détériore, surtout la coque dont les œuvres vives sont recouvertes d’algues et autres coquillages parasitaires.

Le mardi précédent avec Jean Blanchard, nous sommes allés allumer la chaudière pour faire tourner la machine et vérifier le bon fonctionnement des accessoires car il n’était pas concevable de prendre le canal puis la Seine si surtout les pompes alimentaires n’étaient pas en bon ordre de marche. Cela m’a permis de faire un état des lieux des éléments à revoir.

Le jour J je suis arrivé vers 8 heures aux Canaux de Paris, à la Villette et ai commencé à faire le feu dans le foyer très progressivement, le départ étant prévu pour 10 heures. Pendant ce temps, j’ai rassemblé les sacs de bois quand Yves est arrivé. Nous avons continué à préparer le bateau pour sa sortie.

Comme nous devions passer sous le pont tournant, la cheminée et les tuyaux d’évacuation des soupapes n’ont pas été montés.

Vers 9h30, Joselyne et Jean-Marc nous ont rejoints sur le quai du canal de l’Ourcq où nous étions amarrés en attendant le passage de l’écluse de Flandre (n°1).
Jean Blanchard n’a pas pu venir, la tempête de la nuit précédente a couché des arbres sur la ligne de chemin de fer interrompant tout trafic sur certaines lignes de la gare de l’Est.

Les derniers préparatifs terminés, nous avons demandé l’ouverture de l’écluse, il était 10 heures.

Je ne vais pas ici décrire les cheminements sur le canal et la Seine, c’est une navigation que nous avons effectuée plusieurs fois. Il est possible d’en retrouver le détail à De La Villette à Chatou… et retour pour les 30 ans de Sequana.

On peut simplement mentionner que sur le canal, nous avons bénéficié d’une météo très appréciée : ciel bleu, beau soleil et fraîcheur automnale. En revanche, en attendant la dernière écluse, (la Briche) qui donne sur la Seine, le temps a changé relativement rapidement et le ciel s’est assombri libérant bien vite une pluie nourrie qui nous a trempés sur toute la durée du parcours soit plus de deux heures.
Arrivés à Sequana, nous avons sans tarder déchargé le bois en reste et mis le bateau au mouillage pour la nuit.
Il ne restait plus qu’un objectif, rentrer et prendre une douche chaude.

Un grand merci à

  • l’équipage : Joselyne, Jean-Marc et Yves
  • Bertrand qui était d’astreinte sécurité
  • Fabrice qui est venu à notre rencontre sur les dernières encablures,
  • Laurence qui a fait les premières photographies de cette nouvelle affectation
  • Edmond qui nous a apporté les sacs de bois à la Villette
  • Jean Blanchard qui m’a prêté la main pour remettre Vigie en fonctionnement
  • les agents des canaux de Paris qui nous ont ouvert la barrage de la darse
  • à tous ceux qui de près ou de loin nous ont aidés à faire naviguer Vigie

L’accueil de Vigie à Sequana

La cérémonie de réception de Vigie a eu lieu le samedi suivant, le 23 octobre, pour des raisons d’organisation et de préparation de la fête.
Le matin, nous nous sommes retrouvés à la Gare d’eau pour les préparatifs. Jean-Marc a brossé le pont et les œuvres mortes pendant que Joselyne nettoyait le fond. Pour ma part j’ai commencé par pomper l’eau de pluie et celle due aux fuites de la machine. En effet au niveau du presse-étoupe HP une fuite notable a été remarquée dès le mardi et qui, malgré avoir resserré le presse-étoupe HP, a continué pendant le voyage. J’ai alors remplacé l’étoupe de la chambre de distribution et celle du cylindre HP et malgré cela la fuite a persévéré l’après-midi. Il faudra y regarder de près mais je me demande, si le tige de tiroir est corrodée ou pire, un coup de gel dans la fonderie.

Vers 13 heures, allumage de la chaudière et derniers préparatifs habituels, bois, graissage de la machine, etc.

Vigie est ramenée au ponton pour lui faire un brin de toilette et surtout sécher tout ce qui était à bord, accessoires, gilets, trousse de pharmacie, etc. 

Ensuite, c’est le chargement du bois, le remplissage de la soute, le graissage la vérification des agrès. Elle a retrouvé un peu de sa « superbe ».

Vigie est prête à embarquer quelques passagers privilégiés pour célébrer cette journée d’accueil.

À 14h15, nous emmenons Vigie en amont de Sequana. À bord, Jean Blanchard à la barre, MAD à la machine, Joselyne à la chauffe et Jean-Marc aux manœuvres. Nous attendons le signal de départ pour cette « fausse arrivée » devant les officiels et les invités.
Au signal nous descendons la Seine, accompagnés de Pile ou Face de Pierrick et de Chloé où des photographes ont pris place.

Pierrick, sur Pile ou Face nous accompagne sur les derniers mètres…

… suivi de Chloé avec à bord des photographes.

Nous arrivons au niveau du Hameau Fournaise.

L’arrivée au ponton de Sequana, équipage mixte AMERAMI/SEQUANA : MAD, Joselyne, Jean Blanchard, Jean-Marc.

Accueil de Michèle Grellier 1ère adjointe (mairie de Chatou) : Culture, Tourisme, Événementiel municipal, Développement économique et commercial, Pierre Arrivetz, maire-adjoint Mémoire combattante, Patrimoine historique, Histoire (mairie de Chatou), M. Arnaud de Bourrousse, maire de Carrières-sur-Seine, des agents de la Brigade Fluviale (Paris), le photographe du service Communication de la Préfecture de Police (Paris) et de nombreux invités dont Gilles et Isabelle Outin membres fondateurs de Sequana et Michel Genevoix, ancien de la BF.

Nous embarquons les maires et adjoints pour une courte promenade sur le bras de Marly.

Une petite video de l’arrivée
Vidéo Laurence Malcorpi

Naviguant sur le fleuve parisien comme l’avait souhaité le Préfet Ph. Massoni en 1985 ,lorsqu’il a fait don de Vigie à AMERAMI.

Retour au ponton. Derrière Vigie les ponts routiers de la D186 et le pont-rail de la ligne de Paris à Saint-Germain-en-Laye.
Pierrick suit notre sillage.

Encore quelques photos de l’abordage.

 

Tout le monde débarque sur le ponton et la pose photo s’impose.

À Bord, Michel Genevoix, un ancien de la Brigade fluviale. Il était déjà venu voir Vigie à Melun le 11 juin 2015 à l’occasion de notre périple :

De Loyre en Seyne en bateaux à vapeur ».

Merci Michel de ta visite.

Sur la rive, le retour est attendu. Par la suite tout le monde s’est retrouvé sur la rive de Seine (après s’être mouillé les pieds sur le ponton).

Puis c’est, le temps des discours de bienvenue et sur une brève histoire de Vigie depuis 1904 à aujourd’hui.

Laurence en discussion avec Michèle Grellier, la 1ère adjointe de la Mairie de Chatou, Bernard, Cécile, Pierre, Michèle, Gilles et Anne-Marie.

Tous les présents sur la rive de Seine sont invités à partager le verre de l’amitié comme cela se fait couramment dans le monde de l’eau douce et/ou salée.

Et voilà un bateau prestigieux de plus au sein de Sequana.

Une dernière photo entre collègues de la Brigade fluviale, sans oublier le photographe du Service Communication de

la Préfecture de Police que nous remercions pour ses belles image  et Vigie se repose et retrouve le corps mort. 

Puis j’ai vidangé la chaudière à 1,5 bar, en attendant son opération de séchage la semaine suivante. Après l’amarrage, Bernard est venu nous chercher avec l’annexe.

Merci à nos nombreux photographes : Laurence Malcorpi, Marie-Pierre Tricart, Fabrice Bonneville, la Préfecture de Police, Philippe Gantois

Marc-André Dubout

Amerami-Nani

Yannic Le Corre et Emmanuel Chanfreau sont allés récupérer Nani le 24 février dernier à Caen : tout s’est déroulé sans problème

Le bateau semble dans un état satisfaisant : les vernis ont été refaits avant cet année, c’était le plus urgent ; pour le reste, peut-être le joint de quille à refaire et des retouches de peinture mais le bateau semble sain ; un examen plus profond sera effectué plus tard.

Le foc et un palan de grand voile n’ont pas été retrouvé avant le déplacement. Il est  aussi prévu de transformer le ber en remorque d’une façon ou d’une autre afin de pouvoir a minima bouger le bateau entre son hangar de stockage à Sucé et sa grue de mise à l’eau qui sont distants de quelques km.

Amerami-Dany

C’est un joli bateau vernis, à clins ; La coque est en vérification, l’étanchéité a été refaite ; les membrures sont bonnes, le pont présente quelques fissures ainsi que le liston.

 

A noter que les bordés sont rivetés cuivre et que des rivets complémentaires sont posés entre chaque membrure, ce qui laisse à penser qu’il y a un fort recouvrement des bordés. (7 centimètres entre chaque rivet)

Par contre, le pont est cloué galva.

A l’avant et l’arrière il y a des compartiments avec du Clégécel pour la flottaison.

Le puits de dérive est en bon état ainsi que le safran. Les cadènes sont tenues par des plaques métalliques.

Les voiles ont été contrôlées et une réparation effectuée chez un maitre voilier

Nous avons tentés récemment une mise à l’eau avec une remorque pour dériveur mais sans succès

Prochaines étapes :

  1. Mise à l’eau pour tester l’étanchéité. J’attends le prêt d’un palan pour le changer de remorque
  2. La remorque actuelle est trop longue et ne facilite pas la mise à l’eau, d’où la recherche d’une autre solution mais qui ne semble pas convenir (à moins de mettre en place des rouleaux centraux)
  3. Le mat nécessitera une rénovation
  4. Le pont sera restauré(en prévision cet hiver après nos tests)

Amerami-Dollar II cf le CR de Jack Lahieyte.

Ce samedi DOLLAR II a participé à la 23e  éditions de la TVK organisé par la Société Nautique du Releck- Keruon. Lors de la journée du patrimoine.

https://www.facebook.com/photo?fbid=10215721423708917&set=pcb.10215721454029675

La flotte participant à cette manifestation était la suivante :

  • Croiseurs modernes de rating + 14 et -14
  • Vieux gréement de travail
  • Belle Plaisance
  • Voile Légère

Parmi la belle plaisance on notera la présence de Yann Maufret patron du Chantier du Guip  de Brest avec son magnifique Seagull.

Yann connait bien AMERAMI  et LE MUSEE DE LA MARINE mais également (en toute modestie) DOLLAR II qui l’a solliciter à maintes reprises.

A ce sujet deux magnifiques  plan Fife ont pris leurs quartiers à la Marina du Château .

 

Moobeam 4 et Marikita

qui ont quitté le Rocher pour de futures Régates Royales de Brest…

Le Parcours

  • Départ 14h30 pour notre série les – 14 de rating.
  • Anse de Camfrout
  • Passage sous l’anse la plus au Nord des ponts de Plougastel et d’Iroise
  • Virer  l’île Ronde à Babord ou à Tribord choix libre
  • Arrivée à la Cale du Releck-Keruon.

Longueur : 13 milles.

Météo :

  • Vent de Nordet : 5 à 6 nœud  le matin forcissant 15 nœud l’après-midi.

Super bord de spi à l’aller

Plus dur pour le Bord de Près au retour. En effet la voile d’avant à grand recouvrement nous a pénalisé il nous aurait fallu un Solent de 10 m2.

Le résultat est quand même honorable pour sa première participation  car le Dollar II d’AMERAMI fait 3e dans sa série et 2e dans sa classe.

Excellent esprit à bord et bonne cohésion dans les manœuvres et les choix tactiques.

Amitiés,

Jack

 Sous l’océan, l’exposition permanente …

Depuis  le lundi 29 octobre 2018, Sous l’océan, nouvelle exposition permanente du hall de l’Argonaute, apparaît aux yeux, le plus souvent avertis, du public.

Nul ne sera déçu.

Amerami avait l’objectif de moderniser l’exposition créée lors de l’arrivée du sous-marin à la cité des sciences et de l’industrie en 1989. Son souhait évidemment partagé par Universcience était de lui donner un thème et une approche résolument inscrites dans la culture de l’établissement : la science, l’industrie, la découverte, la nouveauté, la pédagogie, tout en laissant toutes sa place à l’Argonaute. Celui-ci n’avait-il pas été un concentré d’innovations à sa construction après-guerre ?

Sous l’océan s’imposait, avec un pôle construction d’un sous-marin, avec la présentation de la masse d’eau et ses différentes caractéristiques, avec des explications de tous ordres sur l’océan, géostratégie, transports, câbles, vie animale, nodules, pétrole, pêche, etc… et l’inévitable pollution. L’ensemble porté par de nombreuses consoles interactives et ludiques dont Universcience a le talent, se complète d’un simulateur de plongée d’un sous-marin, non pour tester l’habileté du barreur mais pour en faire comprendre les données. Les enfants y trouveront leur compte. Les enfants ?…

Quelques lignes directrices

AMERAMI a une collection

  • visible grâce à son site internet, en cours de mise à jour,
  • à la disposition de ses membres pour la restauration, et la navigation,
  • à la disposition de ceux qui souhaitent lui remettre leurs bateaux, pour autant que ceux-ci aient une valeur patrimoniale, témoignent de leur époque et des personnes pour qui ils ont été construits.

Les unités

Cette collection compte plus de 80 unités. Toutes ne sont pas navigantes, mais elles sont de plus en plus nombreuses à l’être.

Il s’agit de : Sheena, Nannie, Anémone, Vigie, Antares II, Morskoul, Galatée, Libellule, Poulmic, Zig et Puce, Capric’Orne, Vétille, Ylia, Apsara, Eos II, Vedette Foch, baleinière Amerami, Ida, Calypso, Chat-Pard, Le Loup Rouge, Ezaco, Moj Plad, Oya, Saint Coulomb, Saint Gwenaël, Déhel, Capitaine Croc III, Pourquoi Pas ?, Tioro, Jabadao,  Javotte, Yan, Pierre Toureau, Jacques Lebrun, Païca, Dollar II, Saint Gildas, Yan, Dany, Nani.

Ces bateaux sont confiés à des exploitants qui en conduisent les activités et l’entretien, tout en étant secondés par les Amis de….

Leur nombre s’accroit d’une façon sensible d’année en année, ce qui montre la vitalité de l’association et l’efficacité de notre organisation, mais aussi conduit à rechercher les financements nécessaires auprès de collectivités ou de particuliers.

  • Des chantiers de restauration en cours ou à envisager :
  • Dehel, Eos II,, le Bénodet Virginie Herriot inscrit monument historique, la Vaquelotte Petite Lucette, Alidade, Amiral Charner, Océan Monument historique, Presqu’ile,Yoyo, la machine de l’Ondée, la baleinière Président Chauveau

Etre membre d’Amerami:

permet :

  • d’embarquer sur nos bateaux qui naviguent,
  • de visiter gratuitement le Musée national de la Marine partout où il est implanté : Paris (lorsque sa restauration sera terminée), Brest, Lorient, Rochefort et Toulon.

Et mieux encore de devenir exploitant :

Il n’est pas nécessaire d’être marin pour aimer les choses de la mer, ou pour s’y intéresser, et notre action en faveur du Patrimoine maritime est suffisamment exemplaire pour qu’elle soit plus largement soutenue.

Pour conduire notre action, nous sommes implantés sur tout le territoire, comme en témoigne la carte ci dessous :

Parlons d’adhésions…

Vous venez de lire notre lettre d’information Amerami Info n°65. Elle vous confirme l’activité soutenue de notre association au cours de l’année écoulée :

  • plus de bateaux qui naviguent, plus de participations à des rassemblements patrimoniaux ou à des activités ayant du sens,
  • des opérations de restauration en cours plus nombreuses et bien menées dans des solutions différentes,
  • des projets sérieux concernant des bateaux de grand intérêt dont plusieurs ont rejoint notre collection,
  • de nouveaux partenariats,
  • une reconnaissance et une forte légitimité de l’association, qui s’assoient sur toute son histoire et sur la continuité de sa politique depuis de nombreuses années.

Ces actions ne sont possibles que grâce à l’implication, sous des formes multiples, de tous les membres de l’association. Cet engagement commence par la marque de confiance et de fidélité que constitue le renouvellement de l’adhésion. Au cours des années antérieures, beaucoup ont déjà montré leur attachement à la sauvegarde du patrimoine maritime et fluvial qui est la raison d’être d’Amerami.

Cependant certains d’entre nous, sensibles à notre action, n’ont pas encore renouvelé leur adhésion pour 2021. Il n’est pas trop tard ! https://jepaieenligne.systempay.fr/amerami

N’hésitez pas à le faire rapidement car la capacité financière d’action et le « poids » d’Amerami dépendent pour beaucoup du nombre et de l’engagement de ses adhérents. Comme vous le savez, la cotisation est modeste et les modalités de son règlement sont simples et précisées sur le site Amerami.org. Le reçu fiscal que vous recevrez peu après votre versement, réduira encore le montant réel de la dépense.

Merci de votre confiance.

La médaille souvenir Argonaute-Cité des Sciences

Le distributeur fonctionne bien et le rythme de vente des médailles est régulier et satisfaisant. C’est une ressource financière appréciable, comme un élégant support de communication pour Amerami.

Blogs et sites internet

Cinq sites sont proposés à votre attention :

Les objets du patrimoine maritime

Le Royal George

Modèle de ponton de grande taille du 18ème siècle, en os et fanon de baleine, représentant le vaisseau de première ligne « HMS Royal George » de la Royal Navy.

Présence de 100 canons dont une partie en pontée.

Figure de proue polychrome représentant un soldat guerrier.

Le pont, l’escalier, une partie de la mâture (trois mats), les bouteilles et le château arrière sont également en polychromie majoritairement de couleurs bleue et rouge.

Le château arrière, en forme traditionnelle de fer à cheval, représente deux personnes entourant un troisième visage au-dessus du nom du vaisseau « LE ROYAL GEORGE ».

Le vaisseau est un modèle « sur son eau » à savoir qu’il est posé sur une base rectangulaire en bois peint de couleur noire avec côtés en os de baleine aux décors chantournés.

Dimensions de la vitrine (grande taille) :

– longueur de 76 cm

– hauteur de 56,7 cm

– profondeur de 25,8 cm

Belle qualité d’exécution, maquette très certainement réalisée par un prisonnier français dans la prison anglaise Norman Cross vers 1800.

Eric Delalande

 

 

 

Galerie DELALANDE
35 Rue de Lille, 75007 Paris
tel/fax: 01 42 60 19 35,
email: domdelalande@hotmail.com
site: www.antiquites-delalande.fr

Nos partenaires

 

Pour plus d’ information n’ hésitez pas à consulter notre site, à nous écrire ou à nous téléphoner

E-mail: olivier.charmet@amerami.org
Tel/Fax: 06 80 74 60 70

Adresse postale : AMERAMI, chez le docteur Aye, 24 avenue de Villers, 75017 Paris

 

Les commentaires sont clos.